Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Crédit Agricole : rupture des négociations

6 Juin 2019, 00:54am

Publié par CFDT CA Languedoc

Crédit Agricole : rupture des négociations

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°11-2019.

 Crédit Agricole - Intersyndical.

 

La Fédération Nationale du Crédit Agricole (FNCA) et les Organisations syndicales représentatives de la Branche Crédit Agricole sont dans l’impasse depuis le début d’année. Avec une inflation 2019 attendue au-delà de 1%, la décision unilatérale de la Fédération de limiter l’augmentation des salaires à 0,30%, a été mal accueillie par la CFDT, FO, le SNECA-CFE-CGC et SUDCAM.

 

Alors que le Crédit Agricole a déclaré avoir « atteint avec un an d'avance ses principales cibles financières », les organisations syndicales représentatives, comme les salariés, ne comprennent pas qu’une nouvelle fois, la négociation sur les salaires se solde par un échec (après ceux de 2017 et 2018).

 

Les organisations syndicales ont demandé officiellement à la Fédération d’ouvrir de nouvelles négociations, pour parvenir à une revalorisation des salaires permettant de préserver le pouvoir d’achat des 70.000 salariés de la branche.

 

Devant le refus de la FNCA, la CFDT, FO, le SNECA et SUDCAM ont décidé de ne plus participer aux négociations, tant que la Direction n’aura pas accepté de réviser sa position.

   

Fait à Paris, le 15 mai 2019

Emmanuel DELETOILE,

Secrétaire national CFDT

 

 

 

Lors de la dernière séance de Négociation nationale, le 28 mai, ces mêmes organisations syndicales on fait la déclaration suivante :

« Les organisations syndicales, CFDT, FO, SNECA-CGC et SUD ont été reçues par la FNCA le vendredi 17. L’objectif de la réunion était de savoir renouer le dialogue social de la Branche. Les 4 organisations syndicales, de façon unanime, rappellent qu’elles se remettront autour de la table des négociations, lorsque la Branche aura accepté de revoir significativement sa décision unilatérale concernant l’augmentation de 0,3 %. Sans avancée sur ce point, les organisations syndicales ne reprendront pas le fil des négociations. »