Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

La hausse record du chômage sonne la mobilisation générale

2 Juin 2020, 10:26am

Publié par CFDT CA Languedoc

Prévisible, la hausse n’en reste pas moins vertigineuse. Au 30 avril, la France comptait 4,475 millions de demandeurs d’emploi, soit un million de plus qu’au début de l’année.

La hausse record du chômage sonne la mobilisation générale

Aucune région n’est épargnée (même si l’intensité est un peu moins marquée dans les territoires d’Outre-mer). Aucune tranche d’âge non plus, à commencer par les jeunes qui paient un lourd tribut (avec une hausse de 29,4%). Le commerce, l’hôtellerie-restauration, le tourisme et les transports, les travaux publics ou encore l’événementiel sont évidemment les secteurs les plus durement touchés, du fait du confinement et d’une mise à l’arrêt de l’activité forcée. « Mais cette hausse, globale et massive, vient cruellement rappeler l’urgence d’une réorientation des politiques de l’emploi qui ne peut se limiter à des ajustements ponctuels », assure Marylise Léon, secrétaire générale adjointe en charge des questions d’emploi.

L’exécutif aura beau tenter de rassurer, en précisant que la très grande majorité des 843 000 chômeurs supplémentaires sans activité (catégorie A) étaient déjà inscrits à Pôle emploi dans les catégories B et C où sont répertoriées des personnes en activité réduite. En réalité, l’explication est simple : le nombre de sorties de Pôle emploi pour reprise d’un travail ou formation n’a jamais été aussi bas. Le marché de l’emploi est totalement à l’arrêt. Et les intérimaires et autres contrats très courts – qui n’ont pas pu bénéficier des mesures de chômage partiel – sont aujourd’hui les premières victimes de la crise.

Répondre à l’urgence en deux temps

Dans ce contexte, la remise à plat des règles de l’assurance chômage devient plus qu’urgente. Le ministère du travail dit « examiner les propositions des organisations syndicales et patronales pour adapter rapidement les règles ». Celles des organisations syndicales sont on ne peut plus claires et unanimes : annuler la réforme, dont certaines règles n’ont pour l’heure été que reportées. Sans cela, « tous les travailleurs précaires qui perdent en ce moment leur emploi subiraient une double peine avec la baisse drastique de leur allocation. C’est inimaginable », s’indigne la CFDT. Sur ce point, la ministre pourrait répondre dans les prochains jours. « La seconde urgence est la tenue d’une mobilisation sur l’emploi et le travail, qui doit permettre de construire collectivement des solutions concrètes à la situation inédite actuelle », poursuit Marylise Léon. En somme, sonner la mobilisation générale.

aballe@cfdt.fr