Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Banques : le capital humain

28 Mai 2015, 23:12pm

Publié par CFDT CA Languedoc

Banques : le capital humain

Depuis maintenant près d'une décennie, les banques vivent deux révolutions en parallèle. La première est évidemment liée à la crise financière qui, après avoir foudroyé le secteur, accroît la pression réglementaire et accentue un mouvement inéluctable de désintermédiation. La seconde est digitale : la montée en puissance de la banque en ligne, l'offensive des géants de l'Internet sur les moyens de paiement ou les promesses du Big Data obligent les banques à revoir de fond en comble la manière dont elles font leur métier.

 

L'industrie bancaire française avait pris son essor au début des années 1970 avec la diffusion des premières cartes de paiement et la mensualisation des salaires imposée par Pompidou. La dernière décennie a signé la fin des « Trente Glorieuses bancaires », la fin de l'âge d'or des grandes banques à réseaux. Et cette mutation a évidemment des conséquences majeures sur le plan social. Les effectifs des grands établissements français sont désormais en déclin. Des bataillons entiers de baby-boomers battent chaque année en retraite. Les recrutements restent importants, mais ne compensent plus ces départs. Les profils recherchés ne sont plus les mêmes : on veut moins de jeunes loups dans les salles de marché, moins de chargés d'accueil dans les agences, mais davantage de contrôleurs des risques, d'informaticiens ou de conseillers spécialisés.

 

Ce renouvellement démographique, beaucoup plus fort que dans la plupart des autres industries nationales, est aussi bien un risque (perte de compétences et de savoir-faire), qu'une opportunité (embauche de nouveaux profils, réorganisation, diminution du coût du travail...). C'est surtout un enjeu majeur pour le secteur. Car la banque est une activité de services et, à ce titre, son capital le plus précieux est le capital humain. Au coeur de cette double révolution bancaire, la gestion des ressources humaines n'est pas le moindre des défis. 

Guillaume Maujean