Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Le déclin des agences bancaires, bonne ou mauvaise stratégie ?

25 Mars 2016, 00:05am

Publié par CFDT CA Languedoc

Le déclin des agences bancaires, bonne ou mauvaise stratégie ?

Alors que les banques continuent de réduire le nombre de leurs agences en France en réponse à la baisse de fréquentation de la clientèle, la direction du groupe Crédit Agricole SA affirme que l’agence bancaire constitue un avantage concurrentiel non négligeable, d’autant plus si elle sait se transformer.

 

La fermeture des agences bancaires de proximité

 

Contrairement à la plupart des banques françaises, qui cherchent à s’aligner au nouveau modèle des banques en ligne, Crédit Agricole ne souhaite pas fermer une à une la quasi-totalité de leurs agences. Selon la direction du groupe, il n’y a aucune opposition entre le digital et l’agence bancaire. Le numérique n’est pas une rupture mais une commodité supplémentaire permettant de répondre à un besoin simple : accéder à son compte via différents réseaux, que ce soit par téléphone, par Internet, par application mobile tout en ayant, à disposition, un conseillé compétent. C’est ce que l’on appelle une banque multi-canale de proximité.

Ce n’est plus un secret : les français désertent de plus en plus les agences bancaires. Ils apprécient toutefois avoir un conseillé dédié avec la possibilité de bénéficier de ses conseils pour certaines opérations délicates (souscription d’un crédit immobilier, d’un produit d’épargne retraite ou d’une assurance vie…). La forte augmentation de nombre des clients du Crédit Agricole en 2015 (plus de 300 000) prouve ainsi que les français ne se détournent pas des banques traditionnelles, malgré la forte concurrence des banques en ligne.

 

Une stratégie centrée sur le client

 

Selon la direction du Crédit Agricole, le digital n’est pas une révolution mais une accélération. Fermer les agences n’est donc pas une bonne stratégie digitale. Un plan de fermeture reviendrait même à anticiper un recul commercial. En effet, une banque repose sur la relation et ne peut logiquement pas se passer de ses équipes commerciales.

 

A l’inverse, les banques digitales font une croix sur cette relation, or le besoin en conseil n’a pas pour autant diminué au fil des années et reste important en matière de fiscalité, de réglementation, de crédit, d’épargne, de transmission, etc… Ainsi, même si les clients désertent de plus en plus les agences, ce n’est pas pour autant que les conseillers ne travaillent pas pour eux. Certes, il faut pouvoir assumer le coût de ces établissements mais les avantages sont encore nombreux. 

 

Quelle serait l’agence de demain ?

 

Toutes les banques travaillent actuellement à imaginer l’agence de demain. Miser sur le relooking des établissements et les innovations numériques peut constituer une solution. Ainsi, si certaines agences mettent déjà en avant leurs tablettes et leurs écrans plats pour présenter leurs offres bancaires, bon nombre d’agences du Crédit Agricole de l’Ile-de-France affichent, quant à elles, le slogan « L’innovation 100% utile ».

 

Dans ces agences, les technologies proposées n’ont qu’un seul but : servir la relation client et faciliter les opérations bancaires de tous les jours, tout cela en réponses aux attentes des clients qui recherchent une agence flexible qui s’adapte et qui combine des canaux off-line et on-line.

credit-et-rachat.com