Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Loi travail : Laurent Berger dénonce la mobilisation "un peu fourre-tout" du 31 mars

28 Mars 2016, 23:04pm

Publié par CFDT CA Languedoc

Loi travail : Laurent Berger dénonce la mobilisation "un peu fourre-tout" du 31 mars

Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger a défendu la position réformiste de son organisation et entend continuer à peser, à sa manière, dans l'écriture de la loi travail qui débutera bientôt son parcours parlementaire.

 

"La facilité aurait été de dire 'ça nous va pas on va défiler dans la rue et tans pis, moi je préfère être utile aux salariés", a affirmé Laurent Berger sur le plateau de "BFMTV Politique" dimanche 27 mars en vantant la position réformiste de son syndicat. "La CFDT est capable de s'opposer lorsqu'elle n'est pas d'accord, de proposer lorsqu'elle a des idées et elle est capable de s'engager" dit-il, même.

 

Le secrétaire général de la CFDT "assume d'avoir pesé dans la réécriture du projet de loi travail". Pour autant ce "n'est pas la loi Berger", a-t-il souligné, se défendant aussi d'être soumis au parti socialiste. "Je ne suis pas achetable, je ne suis pas acheté et je ne me vends à personne", a-t-il affirmé.

 

Alors que la première version de la loi El Khomri était largement critiquée par l'ensemble des syndicats de salariés, les principales revendications de la CDFT (indemnités prud'homales, licenciement économique) ont été prises en compte dans la nouvelle mouture présentée par le premier ministre lundi 14 mars. "Un projet de loi qui était déséquilibré, qui n'était pas compris, faisait courir des risques aux salariés, devient un projet de loi qui peut potentiellement être porteur de progrès pour les jeunes et porteur de progrès pour les salariés, parce qu'il revient à sa philosophie, c'est-à-dire plus de négociations collectives à tous les étages", avait alors déclaré Laurent Berger.

 

PAS D'APPEL À MANIFESTER LE 31 MARS

 

"Contre vents et marées, nous assumons cette prise de position" a-t-il dit, alors que plusieurs syndicats (CGT, FO, Unef) et organisation de jeunes appellent à manifester ce jeudi 31 mars pour demander le retrait total du projet de loi. Laurent Berger a jugé les mots d'ordre de la mobilisation "un peu fourre-tout". "Je crois qu'il y a un mal-être et une cristallisation de ce mal-être autour" de ce projet de loi, a-t-il dit, en évoquant le "débat stérile" autour de la déchéance de nationalité qui "a brouillé les pistes" pour des militants de la CFDT.

 

Laurent Berger a aussi souligné que la date du 31 mars pour cette mobilisation avait été "fixée par la CGT bien avant la sortie de la version numéro un" du projet de loi. Elle "vise à trois semaines du congrès" de la CGT, prévu en avril à Marseille, "à resserrer un peu les rangs en interne", a-t-il dit.

 

DES "PROPOSITIONS"

 

La CFDT va "continuer à faire des propositions" et "continuer son travail auprès des parlementaires" pour peser sur le projet de loi travail qui a été adopté jeudi dernier en Conseil des ministres et qui devrait être examiné par la Commission des affaires sociales à partir du 5 avril.

 

Il a cité l'article sur le licenciement économique, "encore extrêmement imprécis", des mesures concernant les accords sur l'emploi ou, pour les travailleurs détachés, les mesures pour lutter contre les abus. À ce propos, il a notamment souhaité que "l'agriculture soit concernée, ce n'est pas le cas aujourd'hui".

Boursorama