Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

[Vidéo] “On peut encore enrichir la loi travail”

21 Juin 2016, 23:05pm

Publié par CFDT CA Languedoc

[Vidéo] “On peut encore enrichir la loi travail”

Interrogé le 20 juin 2016 sur le site lesechos.fr, Laurent Berger a une nouvelle fois fait de la pédagogie sur le contenu du projet de loi travail et espère que le second passage du texte devant les députés pourra être l'occasion de l'améliorer encore un peu.

 

 

L'actualité syndicale à l'approche des congés d'été est plus que chargée. Entre le parcours parlementaire de la loi Travail, les interdictions (ou non) de manifestations et l'échec des négociations sur les règles de l'Unedic, le numéro un de la CFDT fait le point.

 
La loi Travail au Sénat

 

"Ce que prévoit le Sénat, c'est qu'on puisse se passer des syndicats dans les entreprises pour signer des accords, et ça la CFDT ne le veut pas." Laurent Berger réaffirme ainsi son attachement à la présence syndicale dans les entreprises et espère que le texte, à son retour à l'Assemblée nationale, soit enrichi : "c'est tout l'objet des discussions en cours".

Les prochaines manifestations doivent-elles être interdites ?

 

La menace brandie par l'exécutif d'interdire les manifestations provoque la satisfaction de la droite, les commentaires nuancés de la gauche et surtout un tollé du côté des syndicats. "Je pense qu'il n'est pas du tout souhaitable de le faire car je suis convaincu que tout le monde doit pouvoir manifester dans de bonnes conditions, et je n'ai pas non plus envie qu'on victimise la CGT" explique Laurent Berger.

 

Le Medef a fait "preuve d'une profonde irresponsabilité" selon la CFDT

 

Après quatre mois de négociations tendues, les partenaires sociaux ont échoué à refondre les règles de l'Unedic, en proie à un déficit record. Le gouvernement a prorogé la convention actuelle. C'était la dernière grande négociation sociale du quinquennat. "Le Medef porte une lourde responsabilité dans cet échec" affirme Laurent Berger et fait même "ce qu'il y a de pire dans le syndicalisme salarié : ne jamais accepter les compromis, et toujours faire dans la surenchère".