Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Le Droit à la Déconnexion : une aspiration qui s’amplifie chez les jeunes !

8 Octobre 2019, 06:41am

Publié par CFDT CA Languedoc

Réclamé par plus de 9 jeunes cadres sur 10, le droit à la déconnexion est inscrit dans le code du travail depuis 2017.

Réclamé par plus de 9 jeunes cadres sur 10, le droit à la déconnexion est inscrit dans le code du travail depuis 2017.

Du droit à l’isolement et à la coupure (revendiqué dès 1995 par la CFDT Cadres) au droit de déconnexion inscrit dans le Code du travail par la loi « travail » de 2017, quel chemin, quelle action syndicale pour faire reconnaître cette urgence sociale.

Les revendications autour de la maîtrise des technologies de l’information ont progressé de plus de 30 points en 20 ans (!) et font l’unanimité chez les jeunes cadres.

De quoi auriez vous besoin pour mieux vivre votre travail ?

À cette question de notre 2baromètre CFDT Cadres - Kantar (septembre 2019), les cadres plébiscitent massivement le droit de déconnexion (à 88%) :

  • Prioritaire pour 24 %,
  • Important pour 43 %
  • Assez important pour 21 % 
  • Secondaire pour 12%

Ce droit est encore plus réclamé par les jeunes cadres (à 95 %).

Ce droit est également plébiscité par les managers, à plus de 90 % (contre 82 % pour les non-managers).

77 % des cadres envisageant de se syndiquer déclarent que le droit à déconnexion est prioritaire ou important pour eux (contre 67 % pour l’ensemble des cadres). Une préoccupation bien alignée sur l’action CFDT Cadres !

Rejoignez la CFDT pour faire gagner cette revendication dans les entreprises et les administrations.


La CFDT Cadres décrivait ainsi en 2012 (revue Cadres n°449) les différents risques inhérents à l’usage excessif de la connexion :

LE RISQUE SANTÉ

Le droit au repos, rappelé avec force par la Cour de Cassation fin juin 2011, impose que l’entreprise se déconnecte de son salarié a minima 11 heures par jour. Ce devoir patronal est un droit imprescriptible, le droit de coupure. La question n’est pas nouvelle, mais la complicité et la simplicité des TIC en ont grandement renforcé l’incidence. « Se débrancher et se déconnecter est une question d’équilibre et de santé ».

LE RISQUE PROFESSIONNEL

Le droit à l’isolement, le droit à ne pas être sollicité en permanence, le droit à n’être pas que ce « cadrus interruptus » dénoncé par Yves Lasfargue, est une nécessité si l’on veut préserver le temps de penser, le temps de mener sa pensée, le temps de décider. On ne peut « répondre de » si en permanence on doit « répondre à ». « Se méfier de l’immédiateté : le recul et la distance sont indispensables pour décider et manager. » (idem)

LE RISQUE DE L'EXPOSITION UNIVERSELLE SUR LA TOILE

Quelques mots dénigrants sur Facebook, exposés à la face du monde (même s’il s’agit d’un tout petit monde), peuvent conduire au licenciement. Le devoir de déconnexion s’impose sur ces espaces ouverts, en y déconnectant ce qui relève du pro et ce qui relève du perso. « Se protéger : son image, son intimité numérique, sa notoriété. Les amis de mes amis sont-ils des amis ?! » (idem)

LE RISQUE DE LA FASCINATION

L’immensité des possibilités des technologies numériques fascine, la technique est devenue un monstre sacré. On peut y perdre sa lucidité, son gros bon sens des réalités. Comment prendre de la distance avec la technique ? « Si tout est possible, tout n’est pas permis » (idem).

LE RISQUE DE LA PRIVATION LA LIBERTÉ

De la connexion peut naître la surveillance, le contrôle en permanence, la commande en flux continu (cf. les préparateurs de commande, les téléopérateurs, les chauffeurs routiers) avec son cortège de risques induits (TMS, routiers…). Pour les cadres, ce contrôle continu, ce reporting permanent, est antinomique avec la promesse d’autonomie, laquelle sera certes toujours relative dans le contexte de subordination. Le droit à la déconnexion doit être une expression du devoir de reprendre prise sur son travail, du pouvoir d’agir.

LE RISQUE DE L'ADDICTION

« Cuisine et dépendances ». Le smartphone ou la tablette sont devenus les lieux à tout faire, travail et hors travail, là où tout se concocte, tout se mélange, tout est dans tout, tout le temps, tout se cuisine ensemble, tous bien sur la toile serrés, avec le formicable. Du bruissement permanent à l’abrutissement il y a un court chemin, un raccourci. Quant à la dépendance, il n’y a qu’à observer nous autres semblables dans la rue.

LE RISQUE SOCIÉTAL

Si le travail envahit tout l’espace par la connexion permanente ainsi possible, comment vivre pleinement nos autres espaces de vie : vie personnelle et culturelle, vie familiale et relationnelle, vie associative et citoyenne ? Sans oublier les espaces temps nécessaires au maintien en forme et à la formation ! Il s’agit là de mieux se reconnecter avec soi-même,les autres et la société, gage d’équilibre y compris pour l’entreprise.

 


CE QUE DIT LE CODE DU TRAVAIL - ART. L. 2242-8

" LA NÉGOCIATION ANNUELLE SUR L'ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ET LA QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL PORTE SUR :
[…] 7° LES MODALITÉS DU PLEIN EXERCICE PAR LE SALARIÉ DE SON DROIT À LA DÉCONNEXION ET LA MISE EN PLACE PAR L'ENTREPRISE DE DISPOSITIFS DE RÉGULATION DE L'UTILISATION DES OUTILS NUMÉRIQUES, EN VUE D'ASSURER LE RESPECT DES TEMPS DE REPOS ET DE CONGÉ AINSI QUE DE LA VIE PERSONNELLE ET FAMILIALE. […]

 

 Laurent Mahieu, Secrétaire général CFDT Cadres

 

+ D'INFOS

Plaquette Droits et devoir de déconnexion

Guide de négociation pour le droit de déconnexion 

Baromètre CFDT Cadres Kantar, "Les attentes professionnelles et statutaires des cadres" (septembre 2019)

"Syndiquez-vous !" : le nouveau livre de Laurent Berger

Revue Cadres n°449 "Opportunités numériques (2)"