Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Télétravail : Crédit Agricole, les Caisses d'épargne et la Macif pointés du doigt

1 Mars 2021, 11:30am

Publié par CFDT CA Languedoc

Les établissements mutualistes figurent parmi les 52 entreprises mises en demeure pour défaut d'application du travail à distance par l'Inspection du travail depuis octobre, a indiqué la ministre du Travail Elisabeth Borne lors d'une réunion avec les représentants de la banque, de l'assurance et du conseil sur ce thème.

Télétravail : Crédit Agricole, les Caisses d'épargne et la Macif pointés du doigt

Crédit Agricole, les Caisses d'épargne et la Macif sont apparemment les mauvais élèves du télétravail dans la finance. Lors d'une réunion vendredi après-midi avec les représentants des branches de la banque (FBF), l'assurance (FFA) et l'ingénierie conseil (Syntec), Élisabeth Borne a pointé du doigt ces trois établissements mutualistes, dont plusieurs membres ont fait l'objet d'une mise en demeure pour leur manque d'application du travail à distance dans le cadre des mesures de prévention face au Covid, selon plusieurs participants.

Leurs établissements figurent parmi les 52 entreprises qui ont reçu une mise en demeure sur le thème du télétravail par l'Inspection du travail depuis octobre, a fait savoir la ministre du Travail. Élisabeth Borne et le secrétaire d’État chargé de la Santé au travail, Laurent Pietraszewski, avaient déjà rencontré les organisations patronales et syndicales de ces secteurs le 8 février, pointant une « érosion » du recours au télétravail dans leurs réseaux et les encourageant à le mettre davantage en œuvre.

 

Réalité contrastée sur le terrain

 

A l'échelle de la branche, l'application du télétravail a progressé dans la banque par rapport aux chiffres de décembre, qui avait entraîné la première réunion. En janvier, près de 63 % des 360.000 collaborateurs du secteur étaient en télétravail, selon les chiffres de la DARES, la direction des études statistiques du ministère du travail. « Ce chiffre de 63 % est nettement supérieur à la moyenne nationale, de 21,2 %, s'est félicitée la FBF après la réunion. Il était de 61 % en décembre et de 62 % en novembre. »

 

Dans les sièges sociaux ou centres administratifs, le télétravail est largement suivi. Mais la réalité sur le terrain, dans les réseaux, est contrastée. Les banques mutualistes sont relativement plus présentes dans les territoires ruraux, avec des petites agences et moins de salariés, ce qui rend l'application du télétravail plus compliquée, reconnaît une source bancaire. Par ailleurs, leurs agences étant plus éloignées les unes des autres, elles sont plus difficiles à regrouper pour permettre une éventuelle rotation du personnel.

Selon Luc Mathieu, secrétaire général chez CFDT Banques et Assurances, le taux de télétravail dans les agences des banques mutualistes se situerait « plutôt autour de 5 % », contre environ 20 % chez Société Générale ou LCL, qui sont essentiellement présents dans les grandes villes. « Il y a des solutions, plaide-t-il en regrettant toutefois que la branche dans sa globalité soit montrée du doigt. Pour cela, il faut se mettre autour de la table, mais les employeurs de la banque considèrent que l'organisation du travail ne fait pas partie du périmètre du dialogue social. »

Frédéric Guyonnet, président du syndicat bancaire SNB CFE-CGC, en veut surtout à la ministre du Travail. « Elle pousse au contrôle et envoie des inspecteurs du travail dans les agences pour qu'ils regardent tout, du sol au plafond, s'insurge-t-il. Je ne comprends pas cet acharnement. Déjà qu'on a une mauvaise image, la ministre met de l'huile sur le feu. »

 

Taux élevé de télétravail dans l'assurance

 

Le tableau est plus nuancé dans l'assurance, où le taux de télétravail pour ses 148.000 employés atteint 71 %. « C'est la première fois que nous obtenons les chiffres pour le seul secteur de l'assurance. Ils me confortent dans ce que nous disons depuis plusieurs mois, explique Florence Lustman, présidente de la FFA. Les assureurs sont très engagés et au-dessus de beaucoup d'autres branches. Mon explication est simple : notre métier, c'est la gestion des risques et par conséquent nous connaissons l'importance de la prévention. L'assurance est par ailleurs la seule branche qui a ouvert des négociations sur le télétravail avec les partenaires sociaux. »

Ce constat n'empêche pas la Macif de faire partie des entreprises mises en demeure. D'autres groupes du secteur, comme AXA, ont généralisé le télétravail et le mettent en avant dans leur communication de « marque employeur ».

lesechos.fr