Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Le Crédit Agricole à Cambacérès : c’est presque fait

15 Février 2022, 07:16am

Publié par CFDT CA Languedoc

Le Crédit Agricole à Cambacérès : c’est presque fait

Il quitte Maurin, ça c’est sûr. Pour le nouveau quartier Cambacérès, ça c’est presque sûr. Daniel Connart, président du Crédit Agricole du Languedoc (Hérault-Gard-Aude-Lozère) et Christian Rouchon, directeur général, confirment le déménagement du siège social de la Banque.

Au départ, cinq sites étaient en compétition dont un à Mauguio, et aujourd’hui il n’en reste qu’un : Cambacérès. Là, la Serm fait deux propositions de parcelles au Crédit Agricole. "Nous n’avons pas encore décidé laquelle convient le mieux, mais nous avons pris du retard, alors il faut que le dossier soit bouclé en mars", précise Christian Rouchon qui ajoute : "Cambacérès coche presque toutes les cases : plus de visibilité, et un environnement dédié à l’innovation. Le seul souci c’est la desserte, mais si on en croit la Métropole, ce quartier devrait bientôt être bien irrigué par les mobilités douces, et notamment par le tram. Reste à savoir si un jour des TER s’arrêteront à la gare Sud de France et si les sorties d’autoroutes seront améliorées car aujourd’hui elles sont bien encombrées."

Le Crédit Agricole entend implanter là son siège social mais aussi accueillir sur place des antennes ou sièges d’entreprises liées aux énergies nouvelles, domaines dans lequel Montpellier et sa région excellent : photovoltaïque, éolien, hydrogène. "Nous sommes déjà partenaires d’entreprises de ce secteur. Il s’agit pour nous de créer un véritable écosystème", explique Christian Rouchon. Un certain nombre d’équipements pourraient ainsi être mutualisés : salle de conférences, salles de formation, restaurant d’entreprise. 

Le Crédit Agricole a besoin de 25 000 m2 de surface bâtie : 15 000 m2 pour son siège social et 10 0000 m2 pour ses partenaires. Cet immeuble qui sera construit pour les 40 ans à venir pourrait avoir une forme originale, être un geste architectural fort, visible de l’autoroute. Faisant référence à l’Arbre Blanc, construit le long du Lez par l’architecte japonais Fujimoto, Christian Rouchon lance : "Et pourquoi pas un Arbre vert ?"

lagazettedemontpellier.fr