Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Big bang des rémunérations dans les Caisses de Crédit Agricole

16 Janvier 2015, 00:02am

Publié par CFDT CA Languedoc

FNCA-rue-Boetie.jpg

La Fédération du Crédit Agricole propose d'augmenter les salaires de 10 %.
Il s'agit de rattraper les salaires des autres banques françaises.

Hausse de salaire contre baisse de l'intéressement. Ce rééquilibrage des rémunérations est au coeur d'un chantier peu banal, porté par la Fédération Nationale du Crédit Agricole (FNCA) au nom des Caisses Régionales, et baptisé « Rétribution globale ».

 

Il s'agit pour l'établissement mutualiste de revaloriser le salaire de base de ses quelque 70.000 collaborateurs, afin de rester un employeur attractif face à la concurrence. De sources syndicales, les salaires conventionnels des Caisses de Crédit Agricole sont en effet, selon les catégories de personnel, inférieurs de 8 à 14 % par rapport à ceux des autres banques françaises. Sachant qu'en contrepartie les employés du groupe bénéficient d'un accord d'intéressement très favorable.

 

Un transfert avantageux

 

Engagées depuis la fin 2013, les négociations entre les partenaires sociaux « sont en phase de finalisation », reconnaît la FNCA. L'accord soumis à la signature des organisations syndicales prévoit, selon ces dernières, une revalorisation de la grille des salaires de 10 %, avant la fin 2017, rendue possible via une réallocation d'une partie des primes commerciales et de l'intéressement.

 

Un transfert avantageux pour les salariés. « La somme finale reçue ne changera pas, mais cette réforme va améliorer la trésorerie mensuelle des salariés, puisque l'intéressement n'est versé qu'une fois par an », souligne un représentant syndical. En outre, une partie variable de la rémunération, qui jusqu'à présent dépendait donc du niveau de bénéfices dégagés par la banque, sera pérennisée. Enfin, les syndicats sont globalement favorables à la limitation de l'intéressement, qui bénéficie d'exonérations de cotisations de Sécurité sociale (mais est soumis à un forfait social), afin de redonner du poids au salaire « cotisé », « pour assurer la pérennité des systèmes de protection sociale collectifs ».

 

Les organisations ont désormais jusqu'au 20 janvier pour signer cet accord-cadre. Puis se dérouleront les négociations locales dans chaque caisse régionale, qui devraient porter sur la proportion de variable à faire basculer vers le salaire de base pour parvenir à une augmentation de 10 %. 

 

À noter

Après signature de l'accord « Rétribution globale », devraient se tenir, le 29 janvier, les négociations salariales annuelles.

lesechos100