Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

François Chérèque: «L'exemple grec doit faire réfléchir le gouvernement français»

4 Novembre 2011, 20:02pm

Publié par CFDT CA Languedoc

Francois-Chereque-a-Paris-le-28-octobre-2010.jpg INTERVIEW - G20, situation dans la zone euro, prochaine cure d'austérité en France... «20Minutes» a recueilli le sentiment du leader de la CFDT...

 


 

Le secrétaire général de la CFDT, François Chérèque, était à Cannes jeudi à l’occasion d’une rencontre entre les syndicats des pays membres du G20 et des organisations patronales du B20. Avec à la clé une déclaration commune, une première, où les deux parties enjoignent le G20 de faire plus pour l’emploi et la protection sociale. 20Minutes a saisi l’occasion pour interroger François Chérèque sur les sujets chauds du moment.

 

La Grèce a-t-elle encore sa place dans la zone euro?

C’est trop tard pour poser la question. Oui, la Grèce a sa place dans la zone euro comme les autres pays européens. Et ceux qui posent cette question la posent avec une forme de mépris vis-à-vis du peuple grec, qui est tout aussi respectable que le peuple français.

Le référendum, s’il a lieu, il faut le comprendre par les sacrifices énormes que font les salariés et les retraités grecs, qui sont à un niveau de sacrifice que refuseraient beaucoup de salariés français. La question n’est pas de savoir s’ils veulent quitter l’Europe mais si ces sacrifices sont supportables pour la population. Cette question est légitime à poser dans tous pays dans cette situation-là.

 

Qu’attendez-vous de ce G20?

J’attends que les chefs d’Etat et de gouvernement arrêtent de se faire de la compétition pays contre pays et décident en commun de se donner un objectif: la création d’emplois en particulier pour les jeunes afin de construire un monde avec moins d’inégalités et prendre les décisions utiles pour y arriver.

 

Le gouvernement français doit annoncer sous peu les modalités d’une nouvelle cure d’austérité de 6 à 8 milliards d’euros. La mise en place d’une TVA intermédiaire est étudiée. Qu’en pensez-vous?

Je trouverais inconcevable que le gouvernement décide d’un deuxième plan de rigueur sans réunir un sommet social pour décider, par le dialogue, quelles sont les bonnes mesures à prendre. L’exemple grec du refus, par manque de dialogue, est un exemple qui doit faire réfléchir, y compris le gouvernement français.

Malgré tout, je pense qu’il y a des économies à faire, notamment dans les dépenses fiscales, comme la défiscalisation des heures supplémentaires, pour permettre d’éviter de réduire le pouvoir d’achat des salariés. Les cadeaux fiscaux qui ont été faits, en période de crise, le gouvernement doit être en capacité de revenir dessus.

Les plans d’austérité au niveau mondial sont en train de casser la dynamique économique. Ça suffit. Il faut prendre des décisions pour maintenir les objectifs budgétaires mais en même temps faire de la relance. Et non bloquer l’économie comme c’est fait actuellement.

 

Faut-il revenir sur l’objectif de 4,5% de déficit budgétaire en 2012?

Le gouvernement doit s’y tenir, mais il doit faire les bons choix pour investir dans l’avenir et en particulier dans l’emploi.

 

Propos recueillis par Mathieu Bruckmüller à Cannes