Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

L'état de la France et du travail dans les 25 prochaines années selon le CESE

11 Février 2015, 00:02am

Publié par CFDT CA Languedoc

L-etat-de-la-France-et-du-travail-dans-25-prochaines-anne.PNG

Quel sera le monde du travail à l’horizon 2030 ? Le Conseil économique social et environnemental (CESE) dresse, dans son rapport annuel de l’état de la France en 2014, quatre scénarios de futurs possibles du travail. Focus prospectif du travail de demain.

Les quatre scénarios illustrant ces futurs possibles ont été élaborés par la délégation à la prospective et à l'évaluation des politiques publiques, avec l’appui méthodologique de Futuribles et l’expertise tirée des auditions. Ils doivent permettre aux différents acteurs d’examiner ce qu’ils peuvent et veulent faire dans le cadre des futurs possibles proposés.

Scénario A : le travail dans la société duale

 

Ce scénario décrit ce qui pourrait advenir si l'on reste dans la même dynamique d’ici cinq à sept ans. Il est notamment caractérisé par un déclin de la France à l’horizon 2020, que ce soit sur le plan économique ou social.

Le caractère dual du travail fait qu’il est différemment perçu par les travailleurs hautement qualifiés et ceux qui le sont nettement moins. Pour ces derniers, le travail est davantage vécu comme une corvée indispensable pour s’assurer d’un revenu minimum et de l’acquisition de droits sociaux. Pour les plus qualifiés, les emplois occupés sont très exigeants mais ils y sont dévoués car ils y trouvent le moyen de s’épanouir et finalement de satisfaire leurs aspirations en dépit du stress croissant auquel ils sont soumis.

Les formes d’organisation des entreprises restent marquées par une grande division des tâches et un management principalement axé sur le contrôle. Le noyau dur des salariés permanents conservé est soumis à des exigences croissantes en termes de performances et à un contrôle de plus en plus prégnant. Cette pression est également à l’origine de la multiplication des maladies professionnelles (risques psychosociaux, burn-out, etc.).

Voir l’intégralité du scénario A

Ce scénario A paraît intenable à moyen terme en raison notamment des risques qu’il fait peser sur la cohésion sociale du pays. Cependant, une variante est envisagée avec le scénario B.

 

Scénario B : la faillite du modèle social

 

Le scénario B est un scénario d’enlisement. Il comporte un risque de rupture avec une perte de compétitivité de l’économie française jusqu’au phénomène de dislocation et de paupérisation de la société.

La minorité de Français les plus aisés préfère investir à l’étranger ou dans l’immobilier, alors qu’une majorité des citoyens s’installe dans une économie de survie. S’instaurent de nouvelles formes de travail, rémunéré ou non, échappant dans la plupart des cas à toute législation mais non sans un esprit d’inventivité. Se multiplient ainsi des initiatives locales innovantes mais plutôt que de susciter une émulation collective et de nouvelles formes de coopération, des conflits de nature mafieuse apparaissent pour en prendre le contrôle, face à une puissance publique de plus en plus affaiblie.

La pratique du dialogue social devient inexistante, les syndicats de salariés ne sont plus écoutés par des gouvernants qui pris de court, ne prennent plus le temps de la concertation et encore moins celui de la négociation.

Le Cese déroule ainsi le scénario B jusqu’à la conclusion dramatique : « La France est au bord du chaos ». Un scénario intenable qui mène donc à une impasse.

Voir l’intégralité du scénario B

Les deux prochains scénarios sont en rupture par rapport aux deux précédents, en présentant des futurs possibles qui débutent vers 2020/2022 et dont l’horizon temporel s’inscrit autour de 2030. Ils s’appuient sur deux conceptions différentes pour sortir la France du risque d’enlisement précédemment décrit.

 

Scénario C : restaurer la compétitivité à tout prix

 

Ce scénario est d’inspiration libérale et a pour objectif de restaurer la compétitivité française en vue de retrouver une situation de plein emploi.

Pour être plus performantes, les entreprises se dotent de formes d’organisation moins pyramidales et fonctionnent davantage en équipes-projet. Leur efficacité tient assez largement à un type de management résolument nouveau et non plus sur le schéma classique éminemment hiérarchique et autoritaire. Toutefois, il ne parvient pas pour autant à fédérer ou à fidéliser les salariés et l’on observe un délitement du lien entre le travailleur et son entreprise. La notion même de travail est alors à repenser.    

Les objectifs de compétitivité et la précarité ambiante poussent chacun à être toujours plus performants, ce qui se traduit par un empiètement de la sphère professionnelle dans la vie privée. La crainte de perdre son emploi ou une part substantielle de ses revenus si les objectifs assignés ne sont pas atteints, détériore les conditions de travail et amplifie le sentiment de « mal-être ».

Voir l'intégralité du scénario C

Même si les premiers résultats sont positifs, avec une croissance économique qui décolle, un taux de chômage en baisse, une amélioration de la balance commerciale, etc. le scénario C ne permet pas de résoudre la question d’un meilleur partage des richesses et de la réduction des inégalités et tend au contraire à les creuser.

 

Scénario D : pour une autre répartition des richesses et une conception nouvelle du travail

 

Comme le scénario précédent, celui-ci débute vers 2020 et s’étend aux alentours de 2030. Il s’appuie notamment sur une nouvelle approche du travail à l’échelle européenne.

Pour repenser le modèle d’organisation collective du travail, le dialogue social est réactivé. Les partenaires sociaux s’accordent sur le fait que le travail ne peut plus être assimilé à l’emploi, a fortiorià l’emploi salarié en CDI et à plein temps. L’unité de temps, de lieu et d’action qui régissait hier le monde du travail est progressivement abolie.

L’impact du « sens » du travail se renforce car il doit procurer de la satisfaction en raison principalement de son utilité réelle, la rémunération et la promotion professionnelle n’étant plus les seuls éléments de motivation.

Voir l’intégralité du scénario D

Globalement, ce scénario aboutit à l’élaboration, avec les partenaires sociaux, d’un nouveau contrat social. 

 

Conclusion

Les deux premiers scénarios ont une fonction d’alerte en montrant que les tendances observées, pour certaines depuis plusieurs décennies, conduisent à une impasse pouvant mener le pays au bord de l’implosion sociale voire du chaos. Les deux scénarios suivants marquent une rupture avec les deux précédents, même si de nouveau, aucun d’eux ne peut être considéré comme l’expression d’un avenir souhaitable.

Ces quatre futurs possibles sont une illustration des profondes mutations que connaît actuellement le monde du travail. Plusieurs tendances, pour certaines anciennes et pour d’autres plus récentes, sont ainsi mises en exergue.

 

Aller plus loin

ANACT-NEW-LOGO.jpg