Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
CFDT Crédit Agricole Languedoc

Les cadres bancaires désenchantés

20 Novembre 2012, 22:18pm

Publié par CFDT CA Languedoc

cadres bancaires

Une image dégradée, des rémunérations jugées trop faibles, une perception négative de leur évolution de carrière, une incertitude générale... Les cadres du secteur bancaire entrent dans une période de doutes vis-à-vis de leur propre domaine d'activité.

 

Les cadres du secteur bancaire croient de moins en moins dans leur secteur d’activité. C’est ce que remarque le dernier baromètre Michael Page / Agefi qui révèle qu’ils sont seulement 69% à avoir une image positive de leur secteur, contre 78% en 2011.
Des plans sociaux dans les activités de banques de financement et d’investissement et une image qui reste encore à reconstruire, ont vraisemblablement eu raison de l’image des banques auprès de leurs propres salariés.

 

Des cadres davantage à l’écoute du marché

97% des cadres se disent d’ailleurs actuellement à l'écoute du marché, soit 5% de plus que l’an dernier. Ils sont aussi plus nombreux à se déclarer en recherche active (53% en 2012 contre 45% en 2011).
L’Association française des banques (AFB) déclarait, lors de la présentation des chiffres de l’emploi 2011, que "Certains métiers sont impactés par la crise. Les prévisions d’embauche pour 2012 sont moins fortes pour la banque de financement et d’investissement et les fonctions support. Des adaptations au ralentissement de l’activité sont nécessaires". Mi-octobre, le cabinet de recrutement Robert Walters estimait quant à lui que les recrutements dans la banque de détail en France devraient diminuer de 20% cette année.

Une motivation toujours soutenue

Malgré une baisse de confiance dans leur secteur, la motivation des cadres bancaires est toujours au rendez-vous. 72% se disent en effet motivés et 81% estiment travailler dans de bonnes conditions matérielles et dans une bonne ambiance (74%). Les points noirs du métier restent selon eux la fréquence des situations stressantes (79% disent devoir y faire face souvent) et une rémunération qu’ils sont 60% à juger trop faible par rapport à leurs compétences.
Pourtant, les banquiers n’ont pas de quoi faire la fine bouche. Selon les derniers chiffres de la Dares, les salaires ont progressé de 6.4% dans le secteur bancaire en 2010. Une progression liée avant tout à la rémunération variable, le salaire fixe étant faiblement revalorisé. La Dares remarque par ailleurs que le secteur banques, établissements financiers et assurances distribue toujours les salaires moyens les plus élevés, avec 2994 euros nets par mois, dont 3361 euros nets par mois dans le seul secteur bancaire.
A fin décembre 2011, les effectifs des cadres continuaient à progresser : +3,4% par rapport à 2010 selon l’AFB. La progression des effectifs des femmes cadres a également augmenté de 4,5% sur un an.
En 2011, 373 000 personnes qui travaillent dans la banque, dont 80% environ dans la banque de détail.

Source : LaTribune.fr